SETAREGAN

02 juillet 2009

HISTOIRE DU COSTUME JAPONAIS : LE KIMONO EN OCCIDENT

 

nigpukjqj8

    Alfred Stevens, Méditation, vers 1872, MFA Boston

 

Un peu d'histoire oui ...

 

            Savez-vous que la coupe traditionnelle des robes de chambre tire son origine ... du kimono ?
Et oui . En Occident , depuis la fin de l'antiquité , on privilégie un ajustement des deux pans des habits en forme de veste ou de manteau par le devant , boutons cousus en ligne droite verticale , le pan droit ne recouvrant qu'une mince bande du pan gauche . Or dans le cas du kimono , pas de bouton  , on passe le pan gauche du vêtement par dessus le pan droit afin de recouvrir ce dernier entièrement . Une large ceinture , obi , maintenant le tout .

 

 

 

   Ce vêtement d'intérieur , plus confortable à porter que les tenues contraignantes du XVII ème, XVIII ème et XIXème siècle - les vêtements européens étaient alors de vrais carcans , même pour les messieurs - devint rapidement à la mode , et un signe de prospérité ( surtout s'il était fabriqué en tissu exotique ) , immortalisé par cette réplique de Molière :

 


 


 

 

 

Monsieur Jourdain  -" Je me suis fait faire cette indienne-ci ."

 

 

 

                         Acte I , scène 2 , le Bourgeois Gentilhomme

 


 


 


 

 

 

culture_1951_img1_e74b2

 



 

Robe de chambre pour homme, Côte de Coromandel, vers 1750

 




 

          Un instant me direz vous .... Molière parle d'indienne ... L'Inde , ce n'est pas le Japon !!! Oui ... à NOTRE époque !!!! Mais au XVII ème siècle , sans appareil photo Canon , sans camescope Sony , sans portable Toshiba avec connexion ADSL ,  allez demander à un Européen de distinguer un Indien d'un Japonais ou d'un Chinois  !!!

 

 

 

          Quand le samouraï Tsunenaga Hasekura , envoyé diplomatique du seigneur de Sendai , capitale actuelle du Tohoku , région nord de l'île principale japonaise , Honshu , visite ( bien contre son gré , il a été victime d'une tempête qui a rejeté là son bateau )  St Tropez en 1615 , il fait sensation auprès des Français car il se mouche avec des mouchoirs en papier washi , jetables , les ancêtres de nos Kleenex à une époque où l'Européen se servait de la manche de son vêtement comme d'un mouchoir ( oui , quelle vision nauséeuse ...  )  .

 

 

 

415px_HasekuraAmati

 

 

 

  Hasekura , tel que représenté dans une gravure du XVIIème siècle . On reconnait les vêtements masculins japonais typiques , encore portés de nos jours : haori ( veste sans manches ) , kimono ordinaire et hakama ( jupe-culotte large ) . Pas de doute le seigneur indien .. est japonais !!!

 


 


 

 

 

       Ce seigneur japonais est pourtant présenté dans le récit de son passage français comme étant Indien . Dans le doute de la nationalité , on faisait de tous les étrangers de l'Orient lointain des Indiens , terre de l'exotisme par excellence puisque c'est l'époque de l'invention de la "diamantologie " en France : Nicolas Tavernier parcourait alors l'Inde , pays des plus anciennes mines de diamants  ( Golconde ...) et avait mis au point la classification des pierres en poids , pureté , couleur , taille ( les sacro-saint 4C de nos diamantaires actuels ) .. mais nous nous éloignons du sujet  :

 

 

 

« Il y huit jours qu'il passa a St Troppez un grand seigneur Indien, nomme Don Felipe Fransceco Faxicura, Ambassadeur vers le Pape, de la part de Idate Massamuni Roy de Woxu au Jappon, feudataire du grand Roy du Japon et de Meaco. Il avoit plus de trente personnes a sa suite, et entre autres, sept autres pages tous fort bien vetus et tous camuz, en sorte qu'ilz sembloyent presque tous freres. Ils avaient trois fregates fort lestes, lesuqelles portoient tout son attirail. Ils ont la teste rase, execpte une petite bordure sur le derrier faisant une flotte de cheveux sur la cime de la teste retroussee, et nouee a la Chinoise... » 

 

 

 

« ...Ilz se mouchent dans des mouchoirs de papier de soye de Chine, de la grandeur de la main a peu prez, et ne se servent jamais deux fois d'un mouchoir, de sorte que toutes les fois qu'ilz ne mouchoyent, ils jestoyent leurs papiers par terre, et avoyent le plaisir de les voir ramasser a ceux de deca qui les alloyent voir, ou il y avoit grande presse du peuple qui s'entre batoit pour un ramasser principalement de ceux de l'Ambassadeur qui estoyent hystoriez par les bordz, comme les plus riches poulletz des dames de la Cour. Ils en portient quantite dans leur seign, et ils ont apporte provision suffisante pour ce long voyage, qu'ilz sont venus faire du deca... »

 

 

 

« ... Le ses epees et dagues sont faictes en fasson de simmetterre tres peu courbe, et de moyenne longueur et sont sy fort tranchantz que y mettant un feuillet de papier et soufflant ilz couppent le papier, et encore de leur papier quy est beaucoup plus deslie que le notre et est faict de soye sur lesquels ils escrivent avec un pinceau. »

 

 

 

Relations de Mme de St Troppez 


 


 


 

          L'indienne de Molière a subi aussi cette " assimilation " ... la coupe des indiennes ne laisse pas de place au doute d'autant plus que le croisement des pans n'existe pas dans la tenue indienne .

 

 

 


 

          Pour terminer en beauté , voici un portrait qui rend honneur à la beauté du costume du "seigneur indien" et explique l'engouement des Européens pour les étoffes exotiques

 

 

 

383px_Hasekura_in_Rome Galerie Borghèse , Rome

Posté par setaregan à 14:56 - JAPON - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire