SETAREGAN

27 septembre 2009

GRIPPE PORCINE ET LA VACCINATION OBLIGATOIRE



   Le numéro de Marianne de cette semaine fait le résumé de tous les bobards sur la grippe porcine . Il met notamment en évidence la légèreté du niveau de fiabilité du vaccin ( " Panels compris entre 150 et 240 personnes , ridicule selon Marc Girard , expert en pharmacovigilance , quand quelques milliers de cobaye sont nécessaires sur plusieurs années ." ) 


  Ainsi , toujours selon Marianne , plus de la moitié des médecins et deux tiers des infirmières déclarent ne pas avoir l'intention de se faire vacciner .


  Autrement plus grave  après avoir un temps pensé à rendre la vaccination obligatoire , le gouvernement y a renoncé vu la levée de boucliers du corps médical . Cependant , certaines professions seront mis dnas l'obligation de le faire . PAR LE CHANTAGE , les gendarmes seront contraints de s'exécuter ( sous peine d'être rayés des cadres ) . LE MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE A PROGRAMME LA VACCINATION DE TOUS LES ELEVES ET DE TOUTE LA COMMUNAUTE EDUCATIVE !!! ( source : Marianne ) . 


  Imaginons la tête des parents en apprenant que leur enfant s'est fait vacciné à l'école sans qu'ils aient pu s'y opposer puisqu'absents physiquement de l'établissement .

  L'ORDRE NATIONAL DES MEDECINS A PRIE LES MEDECINS DE SE FAIRE VACCINER PAR DEVOIR DEONTOLOGIQUE . Il y a là un lapsus , mieux vaut lire par solidarité ( économique et politique ) avec les laboratoires fabricants du vaccin et le gouvernement .


"  A PART CA CONCLUT MARIANNE , LE GOUVERNEMENT MAINTIENT QUE LE VACCIN N'EST PAS OBLIGATOIRE ."

 

 En France, il ne peut exister d’obligation légale de vaccination.

— Toute obligation serait anticonstitutionnelle : Art. 3 de la Déclaration Universelle des
Droits de l’Homme, du 10-12-1948 : «Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté
de sa personne».

— Toute obligation serait contredite par le nouveau Code civil qui reconnaît le : «principe du
respect de l’intégrité du corps humain».

— Toute obligation serait en contradiction avec : L’article 36 du Code de Déontologie
Médicale qui précise que : «Tout acte médical requiert le consentement libre et éclairé des
personnes».

— Toute obligation serait contraire aux Arrêts de la Cour, du 25-02 et 14-10 1997, expliquant :
« Information des Patients » : « Les praticiens doivent être en mesure de prouver qu’ils ont
fourni au patient une information loyale, claire, appropriée et exhaustive, au moins sur les
risques majeurs, et la plus complète possible sur les risques les plus légers. Cette information
a pour but de permettre au patient de refuser la vaccination proposée en estimant que les
risques sont supérieurs aux bénéfices escomptés ».

— Toute obligation serait annulée d’office par la loi du 04 mars 2002, n°2002-303, Art. 11,
Chapitre 1er, modifiant l’Art. L 1 111-4 du Chapitre 1er du Titre 1er du Livre 1er de la
Première Partie du Code de la Santé Publique : «Aucun acte médical ni aucun traitement ne
peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement
peut être retiré à tout moment». 

Il appartient donc à chacun d’accepter ou refuser, librement,
cet acte médical.

 

Je remercie vivement Lilith de m'avoir bien sensibilisée à ce sujet !

Posté par setaregan à 12:18 - SOCIETE - SARKOZY - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

Poster un commentaire