SETAREGAN

23 février 2010

LE LETTRÉ /GUERRIER

 

 

 

    L'Extrême -Orient doit cette union à la civilisation Irano-Indienne qui depuis la plus haute antiquité considérait ce double aspect guerrier et sage / savant comme l'idéal d'accomplissement pour tout homme noble .


La Chine a poussé cette idée plus loin encore et L'influence de Maître Kong ( ou Confucius ) en Extrême-Orient a fait le reste .


L’éducation confucéenne préconisait la maîtrise de six arts : 


- les Rites ( Etiquette ) 

- la musique 

- le tir à l’arc 

- la conduite du char 

- l’écriture 

- le calcul 


Le tir à l’arc est une discipline virile , issue de la chasse et faisant partie de la préparation militaire , toutefois , très rapidement , cet exercice dépasse le simple entraînement guerrier pour devenir une discipline d’excellence intellectuelle et morale . Le calme et la concentration requis , l’exactitude et la précision qu’il se propose d’atteindre , l’humilité qu’il exige rituellement de celui qui a perdu et qui doit lui-même présenter au vainqueur sa récompense en font un modèle de comportement ( nul doute que l’on peut déceler une influence indienne , Mahabharata par exemple où Arjuna le toujours vainqueur prouve la supériorité de sa concentration sur ses frères et cousins dans une épreuve de tir à l’arc ) .


La conduite du char s’associe au tir à l’arc comme discipline de la maîtrise . Le tir à l’arc exige contrôle de soi , la conduite de char exige maîtrise des chevaux et du véhicule . La bonne tenue du char est assimilée à une forme de gouvernement et celui qui sait faire tendre vers un même but les forces parfois contraires des chevaux en utilisant les multiples techniques des rênes , du fouet et de l’équilibrage de la voiture , celui-là est considéré comme ayant de réelles capacités de meneur , de gouvernant . 


Une infirmité empêchant un jeune garçon d’apprendre ces deux disciplines l’empêchait de se présenter aux examens et lui fermait donc la carrière prestigieuse de Lettré-fonctionnaire .



Le loisir est une activité non-rémunérée mais indispensable à la vie idéale , celle du Lettré . 


Celui-ci chérissait particulièrement l’art des quatre trésors du Lettré : la peinture/calligraphie mettant en valeur la poésie et qui requérait l’usage d’un pinceau , d’une pierre pour dissoudre l’encre solide , l’encre solide et le papier .


La poésie joue avec la forme des caractères ; les ressemblances visuelles dans la disposition des traits ,la composition interne des caractères ...joue sur le sens des caractères par des jeux de mots , d’homophonie ... et surtout joue sur les allusions à d’autres oeuvres poétiques , littéraires , philosophiques ...


La calligraphie est l’art d’écrire avec beauté les caractères . En Chine , comme les caractères représentent des choses , on considère qu’ils possèdent eux aussi , comme les choses , un souffle vitale qui circule dans le monde . Elle prend en compte l’énergie physique et mentale du calligraphe et ce sont ces énergies qui animent les caractères , leur donnant vie . Le jeu du plein et du vide , de la tension et des élans ne sont que le reflet du jeu des souffles vitaux , du yin et du yang . La calligraphie met en mouvement l’esprit , l’âme , les muscles , la respiration , la maîtrise technique , l’étendue de savoir et la qualité de l’harmonie avec le monde du scripteur .


La poésie et la calligraphie étaient et demeurent de nos jours omniprésents en Chine , elles s’affichent sur les murs des maisons ( rouleaux de calligraphie accrochées ) , sur les rochers des montagnes célèbres ... La calligraphie était aussi bien pratiquée par l’Empereur que les moines ou les gens instruits dans les jeux de société .


Dans la peinture , les Lettrés voyaient l’occasion de faire éclore une dimension spirituelle . Copier une oeuvre n’était nullement mal vu , bien au contraire car c’est une pratique se rapprochant du commentaire . En commentant un texte déjà mille fois commenté , en copiant une peinture ou une calligraphie , un Lettré s’efforce de suivre la trace d’un maître qu’il s’est choisi . En se mettant à son écoute , il ne cherche ni à l’imiter ni à agir en faussaire mais il se nourrit du passé afin de découvrir les réponses aux questions que se sont posées les générations passées . SE POSER EN DISCIPLE D’UN MAITRE PASSE , C’EST TENTER DE RETROUVER LE SOUFFLE VITAL QUI L’ANIMAIT ET QUI LUI A PERMIS DE S’EXPRIMER DE FACON SI VIVANTE ET PROFONDE .


Quand on peintre européen couvre la totalité de sa toile de peinture au moyen d’un fond qui sera lui-même recouvert de peinture , le peintre chinois laisse de vastes surfaces vierges qui sont indispensables à la respiration de l’oeuvre . Celle-ci doit être harmonie , ne doit jamais donner l’impression d’agresser l’oeil du spectateur .


C’est en imitant le jeu des souffles vitaux , du plein et du vide que l’oeuvre peut fidèlement rendre compte du monde .


La peinture chinoise se présente généralement sous la forme de rouleaux de papiers se déroulant horizontalement ou verticalement . On déroule ces rouleaux et on les accroche dans les pièces d’une maison , mais pas de façon permanente comme on peut le voir en Europe ( y compris dans les musées ) . Les peintures sont choisies en fonction de la saison ,de l’humeur du propriétaire ou s’il reçoit des invités , elles sont retenues pour leur allusion aux fonctions , activités , vie et goûts de ces derniers , référence au thème du banquet ...


La contemplation d’une peinture résulte donc d’un choix déterminé et non de sa présence immuable dans le décor . 




De nombreux films chinois , Battle of Wits , Hero , Les Trois Royaumes mettent en avant cette harmonie entre art de détente et art de la guerre ... tous les arts visent au contrôle de soi et ce qui est souvent opposé , ce n'est pas deux arts de la guerre mais d'un côté une guerre pensée comme une stratégie visant à protéger l'homme et de l'autre côté une guerre pensée comme un moyen d'assouvir ses passions , sa cupidité , sa concupiscence , son désir de violence ...

 

Posté par setaregan à 22:34 - ASIE - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire