SETAREGAN

13 juillet 2010

H1N1 : L'OMS ET LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS SUR LE BANC DE L'IRRESPONSABILITÉ

 

LA SUITE DE L'AFFAIRE H1N1 QUE LE GOUVERNEMENT SARKOZY ET LES PUISSANCES FINANCIÈRO-PHARMACEUTIQUES AIMERAIENT BIEN ENTERRER RAPIDEMENT ...

article lisible sur Marianne 2 ici .

 

Extrait : 

 

L’heure du bilan de la gestion de la crise étant venu, plusieurs enquêtes parlementaires nationales et européennes ont été conduites. 
Et c’est ainsi que commence le rapport de la commission des questions sociales, de la santé et de la famille du Conseil de l’Europe intitulé La gestion de la pandémie H1N1 : nécessité de plus de transparence. 
« L’Assemblée parlementaire est alarmée par la façon dont la grippe pandémique H1N1 a été gérée non seulement par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mais aussi par les autorités de santé compétentes tant au niveau de l’Union européenne qu’au niveau national. Elle s’inquiète notamment de certaines répercussions de décisions et d’avis ayant entraîné une confusion des priorités au sein des services de santé publique de toute l’Europe, du gaspillage de fonds publics importants et de l’existence de peurs injustifiées relatives aux risques de santé encourus par la population européenne.
L’Assemblée fait état d’un grave manque de transparence dans les prises de décisions liées à la pandémie, qui soulève des préoccupations concernant l’influence que l’industrie pharmaceutique a pu exercer sur certaines décisions parmi les plus importantes. L’Assemblée craint que ce manque de transparence et de responsabilité ne fasse chuter la confiance des citoyens dans les avis des grands organismes de santé publique. Cela pourrait se révéler désastreux en cas de nouvelle maladie de nature pandémique beaucoup plus grave que la grippe H1N1
 »

 

Le gouvernement polonais a lui , été plus sage , voici quelle a été son attitude :

"La Commission polonaise sur la pandémie de grippe a identifié un groupe à haut risque de 2 millions de personnes et alloué des ressources pour l’acquisition du nombre nécessaire de vaccins. Toutefois, la ministre a estimé que les conditions offertes par les groupes pharmaceutiques pour l’acquisition des vaccins étaient inacceptables. Les vaccins ne pouvaient être achetés que par le gouvernement (ils ne pouvaient être commercialisés pour des particuliers) lequel devait endosser l’entière responsabilité de tous les effets indésirables du vaccin (lequel constituait visiblement une menace d’après le système Eudravigilence). "

 

Et l'heure des compte : 

 

"un cout total de la campagne de vaccination de 1 à 1.5 milliard d’euros pour les magistrats de la Cour des Comptes (contre 700 millions annoncés initialement par Roselyne Bachelot). Il aurait été également annoncé que l’Eprus (gérant les crises sanitaires) gardait au terme de la campagne 21 millions de doses non utilisées, selon ce même rapport, 13 autres millions errent dans la nature et 4 millions auraient été perdus, du fait de la présentation en format multidoses. 12 millions de doses périmeront en septembre, 9 autres pourront heureusement être recyclés dans le vaccin antigrippe de cet automne…"

 

ET bien sûr , aucune négociation possible malgré le volume commandé . S'il y avait eu une vraie pandémie meurtrière , des millions , voire des milliards de gens pouvaient crever , les labos n'en auraient rien eu à cirer ...

Posté par setaregan à 12:04 - SOCIETE - SARKOZY - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire